Entrevue avec Ann May, auteure/bloggeuse

Bonjour Ann May ! Tout d’abord, pourrais-tu te présenter en choisissant trois mots (et explique nous pourquoi ces choix!)?

Complexité / Simplicité / Iridescence +

Quel exercice que de n’en choisir que trois !

Complexité, parce qu’il y a un monde intense qui fourmille dans ma cervelle en continu (même la nuit). Simplicité, parce que malgré la complexité qui m’habite, j’aime les rapports simples aux choses et aux personnes. Iridescence, parce que ma vision est attirée vers les effets chatoyants, nacrés, iridescents (comme ceux que l’on retrouve sur les élytres de certains coléoptères, de pierres ou à l’intérieur des coquillages). Le + est pour indiquer d’autres particularités et intérêts visuels très présents chez moi, mais qui demanderaient une élaboration sur quelques kilomètres d’écriture…

(On doit vraiment s’arrêter à trois ?)

D’où te vient cet intérêt pour l’écriture?

J’aurais des dizaines de réponses à cette question. Disons que pour résumer, il vient d’une nécessité. Les yeux, les mains sont très importants chez moi. Et les deux sont mobilisés dans l’écriture. Les livres font partie de ma vie depuis toute petite. À l’âge de quatre ans et demi, je lisais de manière courante. À l’adolescence, j’arrivais difficilement à communiquer ce que je vivais, alors j’écrivais. C’est aussi en écrivant que j’ai vécu mes premières sorties de groupes à l’adolescence. Internet n’existait pas encore, mais la communication par ordinateur, si. Je discutais par l’entremise de BBS (Bulletin Board System) avec d’autres adolescents, via mon Commodore 64. À la suite d’un épisode de maladie à l’âge adulte, j’ai repris l’écriture et j’ai poussé mon intérêt jusqu’à faire une maîtrise en création littéraire.

Que considères-tu être ton plus grand défi lors de tes rédactions pour Regard9?

Le moment qui m’apparait le plus périlleux quand j’écris et qui se manifeste aussi lors de mes rédactions pour Regard9, est celui où je dois « lâcher » mon texte, afin de l’ouvrir vers l’extérieur, de le donner en lecture. Chaque fois, je suis habitée par la sensation vertigineuse de me tenir au bout d’un très haut tremplin ou d’un précipice, les orteils dans le vide. Mes textes font en général plus du double ou du triple en longueur par rapport à mon intention de départ (le pire est que je raccourcis…) et j’ai tendance à les réécrire de manière compulsive (il y a toujours manière de contextualiser davantage, d’être plus précis).

Mon plus grand défi est donc d’arriver à mettre un stop à cette réécriture, d’affronter la sensation vertigineuse décrite plus haut et de laisser mon texte se frayer un chemin, afin de lui permettre de rencontrer les lecteurs.

Que considères-tu être la plus belle réussite de cette collaboration avec Regard9?

La collaboration en elle-même. Et ce, de multiples façons.

Mon parcours professionnel s’est déroulé en pointillé avec parfois de longues pauses et je porte en moi un profond désir de vivre des réussites, de nouvelles expériences et de nouveaux défis dans ce champ. Au moment où Regard9 a croisé ma route, cela faisait un long moment que je cherchais des façons de m’impliquer de manière concrète dans le champ des TSA. Ma plus grande réussite, je crois, a été celle de m’ouvrir à cette expérience.

Il s’agit d’une aventure pour laquelle j’éprouve de la reconnaissance et qui se résume par : le contact, le plaisir, les défis, les apprentissages, les rencontres, le fait de réaliser des activités auxquelles j’aspire depuis un moment, la chance de pouvoir m’impliquer, de redonner, de voir mon réseau se construire, s’agrandir et de sensibiliser à des sujets qui me tiennent à cœur et qui touchent de nombreuses personnes.

As-tu un projet à venir ou une idée que tu aimerais développer prochainement?

Oui (j’en ai plusieurs)! Des projets de livres. De même qu’un projet de sensibilisation à l’autisme au féminin et au syndrome d’Asperger chez l’adulte basé sur le transfert de connaissances.

Merci beaucoup Ann May d’avoir pris le temps de répondre! 🙂

En attendant  la suite des projets d’Ann May, vous pouvez lire son article sur le le livre Otis et le deuil ou encore son article Autisme Asperger, un diagnostic à l’âge adulte  sur notre blogue! Il est aussi possible de la suivre sur sa page Facebook, et d’aller consulter son blogue personnel Aspie-Info!

 

 

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Leave a Reply